cadre   - Nous sommes le Mardi 26 Septembre 2017 et il est 16:35
 
"Aider les familles et amis de malades psychiques"
UNION NATIONALE DE FAMILLES ET AMIS DE PERSONNES MALADES ET/OU HANDICAPEES PSYCHIQUES
UNAFAM
- UNAFAM - Délégation CREUSE 23 - LIMOUSIN -
-Association reconnue d'utilité publique-
   
bloc_h_g Menu général bloc_h_d
  Retour à l'accueil
  Urgence:joindre qui?
  Laisser un message
  Qui sommes nous ?
  Des témoignages
  Ressources
  Services
  La recherche
  Insertion et Travail
  Groupe de parole
  Notre région
  Les sites UNAFAM
  Liens utiles
  Espace GEM ou Club
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les dernières actualités bloc_h_d
  Les actualités du 23
  le choc des mots
  les nationales...
avis de décès - jacques dreyer-dufer unafam11
  Les départementales
permanence
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les utilitaires du site bloc_h_d
  Mises à jour du site

  Moteur de recherche
  Le plan du site
  Les pages préférées
  Les pages sonorisées
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Accès réservé bloc_h_d



bloc_h_g bloc_h_d

QUELQUES ACTUALITES NATIONALES CONCERNANT LES MALADIES PSYCHIQUES

visibles sur les sites des délégations UNAFAM 02 - 11 - 16 - 17 - 19 - 21 - 23 - 30 - 34 - 39 - 41 - 48 - 58 - 66 - 71 - 80 - 84 - 87 - 89 - 972

Franco Basaglia    Thomas More   Delacroix   Machiavel      Pinel visitant les aliénés   Le Politique de Platon   Lucien Bonnafé le désaliéniste   l'Assemblée Nationale        

L'émission Allo docteur sur France 5 le 28 février de 14h30 à 15h

L'émission "Allo docteur " sur France 5 sera consacrée, le 28 février de 14h30 à 15h, à la schizophrénie-
( puis à 19h50 par la TNT ainsi que sur internet pendant 4 jours)
À cette occasion une famille de l'Unafam a bien voulu témoigner dans un reportage ou la personne malade et sa maman s'expriment sur le vécu de la maladie-

Magazine de 26' présenté par Marina Carrère d'Encausse, Michel Cymes et Benoît Thévenet et produit par Pulsations, avec la participation de France 5. 2008.



- Imprimer cette info

l'Unafam participe à la mobilisation nationale * Le 21 février 2008 à 18h00

 

 

DERNIÈRE MINUTE : le 21 février 2008, rassemblement Place de la République à 18h. l'Unafam participe à la mobilisation nationale "pour en finir avec le scandale des personnes mal logées". (stand Unafam et Croix marine à partir de 17h45 près de la boutique Habitat)
communiqué de presse



- Imprimer cette info

Maisons départementales des personnes handicapées : les délégués pointent du doigt les dysfonctionnements 21 février 2008

in Médiateur Actualités Février 2008 - N°34 spécial rapport annuel 2007

Les observations des délégués du Médiateur présents dans les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) ont permis de distinguer trois types de difficultés, voire certains dysfonctionnements

.

- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


Prédire le début de la schizophrénie / La schizophrénie causée par des problèmes électriques 19 février 2008

Beaucoup d'informations scientifiques parviennent sur la Toile, à lire avec esprit critique, en considérant néanmoins qu'un formidable élan anime actuellement la recherche ...

 19/02/2008
Une étude américaine estime que l'on pourrait détecter à l'avance 80 % des schizophrénies débutantes chez les jeunes à risque à partir de cinq critères personnels et familiaux ... par Jean-Michel Bader 15/02/2008 in lefigaro.fr
  /

Des problèmes électriques sont responsables des maladies mentales comme la schizophrénie, ont déclaré des chercheurs américains dans le cadre du congrès de l’Association américaine pour l’avancement des sciences (AAAS), qui a lieu en fin de semaine à Boston...in w..sciencepresse.qc.ca/files/aaas.jpg

- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


Psychiatrie : le retour de l’asile ? 14 février 2008

Entretien croisé avec Patrick Coupechoux, journaliste, et Franck Chaumon, psychiatre et psychanalyste (*) in l'Humanité - février 2008

Que pensez-vous du film Elle s’appelle Sabine, de Sandrine Bonnaire ?
Franck Chaumon. J’ai trouvé ce film extrêmement touchant. Son regard sur sa soeur telle qu’elle est aujourd’hui, malgré la douleur qu’il exprime, est très subtil et respectueux pour elle aussi bien que pour les autres résidents. Elle n’évite pas l’horreur de la situation et sait montrer en même temps la profonde humanité de ceux qui partagent sa vie à présent.
Patrick Coupechoux. Ce film est très émouvant. Le contraste entre la Sabine jeune, où elle est si belle, si humaine, et celle d’aujourd’hui, où elle est si diminuée, est terrible. Sandrine Bonnaire n’est pourtant ni dans le pathos ni dans la complaisance. Sa démarche implique une réflexion de ce qui s’est passé entre ces deux états.
Sandrine Bonnaire pose la question de l’impact de ces cinq années d’hôpital psychiatrique sur sa soeur. Avez-vous le sentiment qu’elle procède à une dénonciation en règle de la psychiatrie ?
Franck Chaumon. Le grand mérite du film et en même temps sa difficulté, c’est qu’il parle d’une personne, Sabine, et qu’il est toujours délicat de faire d’une existence la preuve d’une thèse, quelle qu’elle soit. Sandrine Bonnaire est extrêmement mesurée dans ses propos et il serait dommage de ne retenir qu’une seule cause évidente de la détérioration de l’état de sa soeur : l’hospitalisation en psychiatrie pendant cinq ans. Le danger serait de mettre la douleur de Sabine sur le compte d’une unique maltraitance « psychiatrique ».


- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


Retour sur la psychiatrie… 14 février 2008

in libération.fr par Serge HEFEZ le 11 février 2008
(..) Les psychiatres, cet «insondable troupeau des décrotteurs d’abîme», comme les baptisait Antonin Artaud, n’ont décidément pas bonne presse. A charge pour nous de faire mieux connaître la réalité de nos actions, cette multitude d’initiatives minuscules qui visent à insérer les malades mentaux dans la trame de la vie sociale, et non plus à les exclure dans l’univers concentrationnaire des asiles d’aliénés. Quitte à recevoir des invectives lorsque des malades dangereux commettent l’irréparable, comme il y a quelques mois à Pau…Et même si j’ai parfaitement conscience de l’existence de brebis galeuses, de spécialistes cupides et dénués d’éthique, je défendrai encore ici le dévouement des centaines d’équipes qui œuvrent au quotidien sur le terrain, au plus près de la souffrance psychique.
Je rends aussi hommage à tous les professionnels qui se mobilisent actuellement en refusant d’être associés à la dérive sécuritaire qui vise à dépister la délinquance chez les enfants de trois ans, à maintenir enfermés des personnes potentiellement dangereuses ayant purgé leur peine ou à incarcérer des individus présentant des pathologies psychiatriques.Mon confrère Gérard Dubret souligne ainsi dans l’Information Psychiatrique qu’au sein de la population pénale, le nombre de patients schizophrènes atteint aujourd’hui 7% ... (surligné par la webmestre)

- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


«Le psychotique nous parle, mais c’est la société qui n’entend rien» 14 février 2008

in libération.fr par E. Favereau le 12 février 2008

Le film de Sandrine Bonnaire a suscité une kyrielle de réactions dans la psychiatrie
C’était il y a deux semaines : la sortie du très beau documentaire de Sandrine Bonnaire sur sa sœur autiste, Elle s’appelle Sabine. Et à l’occasion de cette diffusion, da ns Libération du 29 janvier, l’actrice était retournée pour la première fois dans les deux hôpitaux psychiatriques où Sabine avait été si mal hospitalisée. Depuis ? Non pas une onde de choc, mais un vrai courant d’air, salutaire et un rien réconfortant. Une kyrielle de réactions a agité le monde de la psychiatrie publique. Des réactions de soutien, de colère, d’agacement, mais toutes sonnent comme des signaux d’alarme. La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a appelé aussitôt la réalisatrice pour la rencontrer. «Ce film de Sandrine Bonnaire est important, nous a déclaré, hier, la ministre, et je partage son combat. Mais je voudrais insister que ce n’est pas seulement un problème d’argent, ni de moyens. Aujourd’hui, des efforts sont faits, et le plan santé mental avance.»

- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


SYSTÈME DE SANTÉ CHERCHE INFIRMIÈRES 2 février 2008

in journal-lamarseillaise.com par Hélène Delange  A Marseille, la pénurie d’infirmiers fait rage dans les hôpitaux publics. Le problème est notamment sensible à l’hôpital psychiatrique Edouard Toulouse. Le point avec les infirmiers du syndicat Sud Santé.
Le personnel infirmier est devenu une denrée rare. Au point que nombre d’hôpitaux publics se trouvent en situation de crise et doivent faire face à la pénurie. C’est le cas du centre hospitalier Edouard Toulouse à Marseille, spécialisé en psychiatrie adulte et infanto juvénile. S’il est un secteur où le problème se fait ressentir de façon particulièrement sensible, c’est sans doute en effet celui-ci. Car l’infirmier occupe un poste fondamental dans un établissement de santé mentale.
La fonction du soin relationnel est primordiale en psychiatrie. L’humain est ainsi le premier réceptacle des angoisses du patient. Comme on dit dans la profession, « le premier contenant, la présence physique est celle qui contient », explique J-C Ozée, infirmier psychiatrique, secrétaire départemental du syndicat Sud Santé -premier syndicat de l’établissement chez le personnel soignant. D’où l’importance d’un effectif en nombre. Et c’est bien là que le bât blesse. Un constat alarmant ...

- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


La psychiatrie publique oubliée. Lancé en 2005, le plan «santé mentale» est en panne 31 janvier 2008

Par E. FAVEREAU in Libération du 29 janvier 2008
La psychiatrie publique va mal. Ou plutôt ne va pas. Depuis près de vingt ans, elle tangue dans une indifférence des pouvoirs publics. On ferme des lits à tour de bras, passant de près 80 000 lits en 1989 à 40 000. Le nombre de patients suivis en psychiatrie a pourtant été multiplié dans la même période par deux. Signe d’une évidente tension, le nombre d’hospitalisations contre la volonté du patient ne fait qu’augmenter depuis vingt ans. Atteignant aujourd’hui plus d’un patient sur trois.
(...)
Félix Guattari, célèbre philosophe-psychanalyste lon gtemps directeur de la clinique de la Borde, disait à Libération, il y a seize ans : «Avec les patients, qui vivent dans des douleurs insupportables, d’abord, je crois qu’il faut être… attentionné.» Aujourd’hui, les malades ne reçoivent pas «cette attention» minimum. La psychiatrie, non plus.

- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


Une sœur dans un asile de douleur 31 janvier 2008

in Libération par E. FAVEREAU  mardi 29 janvier 2008

A l’occasion de la sortie de son documentaire, «Elle s’appelle Sabine», l’actrice Sandrine Bonnaire est retournée pour «Libération» sur les lieux où a été internée sa sœur, dressant un constat alarmant de la psychiatrie publique.
Sandrine Bonnaire n’est pas en colère
. Ou alors, elle le cache par délicatesse. De retour d’une visite aux deux hôpitaux psychiatriques où sa sœur, Sabine, a été internée pendant près de quatre ans, Sandrine semble se parler à elle-même : «Sabine a été endormie, enfermée, droguée, et tout cela a servi à quoi ? Pendant ces années-là, on ne comprenait pas. On nous disait que c’était nécessaire, qu’il fallait l’interner. Et nous, avec mes sœurs, on voyait Sabine décliner, décliner»…
Aujourd’hui, ce n’est pas un combat, plutôt une évidence à imposer.«A l’époque, on n’y arrivait plus avec Sabine. Il y avait eu la mort de mon frère. On se disait que l’hôpital allait pouvoir mieux faire que nous. Je n’ai rien contre les hôpitaux. Mais quand on voit comment Sabine en est ressortie…» Un désastre en effet. Le 29 décembre 2000, Sabine, sœur cadette de Sandrine, quitte l’hôpital psychiatrique des Murets pour s’installer dans un foyer de vie près d’Angoulême. Mais qu’est devenue Sabine ?


- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


Ces actualités sont visibles sur les sites Internet des délégations UNAFAM 02 - 11 - 16 - 17 - 19 - 21 - 23 - 30 - 34 - 39 - 41 - 48 - 58 - 66 - 71 - 80 - 84 - 87 - 89 - 972 dont le contact presse est : Marie
Seules les actualités marquée du signe * sont en provenance du siége de l'UNAFAM dont le contact presse est : Anne Pierre-Noël

10 précédentes  10 suivantes
(1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17) (18) (19) (20) (21) (22) (23) (24) (25) (26) (27) (28) (29) (30) (31) (32) (33) (34) (35) (36) (37) (38) (39) (40) (41) (42) (43) (44) (45) (46) (47) (48) (49) (50) (51) (52) (53) (54) (55) (56) (57) (58) (59) (60) (61) (62) (63) (64) (65) (66) (67) (68) (69) (70) (71) (72) (73) (74) (75) (76) (77) (78) (79) (80)

bloc_b_g bloc_b_d
 
Copyright © 2005-2015 Site - UNAFAM - Délégation CREUSE 23 - Région LIMOUSIN
Groupe de sites conçu et développé par Jacques DREYER-DUFER bénévole UNAFAM        Voir les autres sites du groupe        Mentions légales